la laïcité instituée


Home / Aperçu

Aperçu

P R I C I L

(Plate forme de Recherche et d’Information Citoyenne sur la Laïcité)

Réunion publique du 05 Avril 2006 avec Jacqueline LALOUETTE

Commémoration en 2005, du centenaire de la loi de 1905  :

Quels enseignements de cette commémoration pour aujourd’hui ?

Un aperçu de la loi à travers quelques citations historiques :

ARTICLE PREMIER. – La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public. (art voté par 422 voix contre 45)

Aristide BRIAND :

“ Le juge saura, grâce à l’article 1er placé en vedette de la réforme, dans quel esprit tous les autres ont été conçus et adoptés. Toutes les fois que l’intérêt de l’ordre public ne pourra être légitimement invoqué, dans le silence des textes ou le doute sur leur exacte application, c’est la solution libérale qui sera le plus conforme à la pensée du législateur”.

ART. 2.-(Séparation) La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. En conséquence, à partir du 1er janvier qui suivra la promulgation de la présente loi, seront supprimées des budgets de l’État, des départements et des communes, toutes dépenses relatives à l’exercice des cultes (art voté par la majorité du bloc des gauches 337 contre 243)

Art. 4 Création des associations cultuelles : … « associations qui, en se conformant aux règles d’organisation générale du culte dont elles se proposent d’assurer l’exercice, se seront légalement formées » (art. voté par 482 contre 52)

Débat entre Emile COMBES et Georges CLEMENCEAU
Emile COMBES :

« Le système politique …. consiste dans la subordination de tous les corps, toutes les institutions, quelles qu’elles soient, à la suprématie de l’Etat républicain et laïque. Il a pour base, en thèse générale, le principe fondamental de la Révolution, la souveraineté nationale, pour formule dernière et pour conclusion, la sécularisation complète de la société. » (discours d’Auxerre 4/09/1904)
On est loin de la « séparation ». C’est une vision « césariste ». L’Etat doit être la seule source de pouvoir. Les religions doivent lui obéir.

Georges CLEMENCEAU :

« Je repousse l’omnipotence de l’Etat laïque parce que j’y vois une tyrannie. … Nous avons fait la Révolution française. Oui ! nous avons guillotiné le roi, vive l’Etat roi ! Nous avons détrôné le pape. Vive l’Etat pape ! Nous chassons Dieu ! Messieurs, je ne suis pas de cette monarchie, je ne suis pas de ce pontificat. Parce que je suis l’ennemi du roi, de l’empereur et du pape, je suis l’ennemi de l’Etat omnipotent, souverain maître de l’humanité. »
C’est une vision libérale : « l’Etat chez lui, l’Eglise chez elle » (Victor HUGO)